Boulevard Voltaire

Pour aller plus loin : ajouter à Tout va bien 3, page 52


Boulevard Voltaire.  La liberté guide nos pas
www.bvoltaire.fr                
Petit manuel à l’usage des censeurs
Calomniez ? Calomniez, il en restera toujours quelque chose »disait Goebbels dont le savoir-faire est aujourd’hui encore universellement reconnu. Mettons ici à disposition de futurs censeurs quelques éléments de méthodes et de sémantique d’usage fréquent : D’abord, attaquer l’interlocuteur avant d’examiner ses idées, vieille méthode aristotélicienne de mise en cause qui détourne le regard. Le mal-pensant doit être labellisé selon des catégories convenues : s’il est de gauche, il est qualifié par la droite de « stal » ou de « ancien trotskyste », de « social-démocrate »ou de « vendu à la finance internationale » par l’extrême gauche ; s’il est de droite, il n’a droit qu’à « nouveau facho » « vieux (jamais jeune) réac », « défenseur des multinationales » ou, plus nouveau, « ultralibéraliste ». S’il se penche sur les questions internationales, il peut être un« antiaméricaniste primaire » comme on était dans le temps un « anticommuniste primaire » (bien qu’on n’ait jamais su ce qu’était un anticommuniste secondaire). 

Attention toutefois à ne pas employer d’invectives qui n’ont plus cours comme « capitaliste assoiffé de gains » ou « collectiviste ». S’il prétend toucher aux questions religieuses, il s’expose à être labellisé « laïquard simpliste ou primaire » (même remarque que ci-dessus), ou alors « islamophobe ». S’il s’étonne des dérives extrémistes ou, beaucoup plus grave, s’il ose critiquer Israël ou les intégristes juifs, il s’expose à l’injure suprême d’« antisémite » et ainsi de porter une responsabilité directe dans la Shoah. L’accusé est toujours soupçonné de vouloir « faire des amalgames », prémices de toute démarche raciste.

Internet garantit un anonymat aussi solide qu’une grille de confessionnal pour protéger l’auteur de la calomnie. La rumeur (les Hoax en langage d’informaticiens) est un art majeur : lancer une fausse nouvelle, lui donner de la crédibilité en prétextant un nombre de consultations significatives sur un site donné, pour ensuite attendre la reprise en boucle sur d’autres sites, est un savoir-faire expert, qui rend impossible l’identification de l’origine de la calomnie.

Une calomnie bien choisie offre un double avantage : d’abord, elle renverse la charge de la preuve. C’est à l’accusé de prouver qu’il n’est pas Facho ou antisémite comme il incombait aux victimes des procès de Moscou de prouver qu’ils n’étaient pas des traîtres. Il permet également de justifier qu’une interview ou un échange direct avec l’accusé, porteur d’idées si néfastes, serait dégradante et donc intellectuellement impossible. Et surtout, surtout, ne jamais oublier l’un des préceptes du grand maitre nazi : « Plus le mensonge est gros, mieux il passe !»                                                                                                                 

Amalgamer : Fait d'englober artificiellement, en exploitant un point commun, diverses formations politiques afin de les discréditer. Un député qui pratique l'amalgame. 
Confessionnal : Isoloir disposé pour que le confesseur y entende le pénitent. S'agenouiller dans un confessionnal.
Canular (recommandation officielle pour remplacer l'anglais hoax):1. Mystification. Monter, faire un canular. Par ext. Blague, farce; fausse nouvelle. 2. Fausse information propagée par messagerie électronique. 

Préretraite : partir en retraite avant l'âge

Préretraite : partir en retraite avant l'âge
Fiche pratique

Sous certaines conditions, un salarié ou demandeur d'emploi peut bénéficier d'un dispositif lui permettant de partir en retraite avant l'âge légal : c'est la préretraite. Des dispositifs existent encore malgré la réforme des retraites de 2010 et l'allongement progressif pour atteindre 62 ans en 2017. 

  Dernière mise à jour : septembre 2014

  

  

Qu'est-ce que la préretraite ?
Pour partir en retraite, plusieurs conditions doivent être réunies, comme le nombre de trimestres et le montant des cotisations pour atteindre le taux plein ainsi que l'âge minimal. Mais quelques dispositifs prévoient un départ avant l'âge si certaines conditions sont respectées, en cas de licenciement économique, pénibilité ou exposition à l'amiante.

Existe-t-il encore des dispositifs de préretraite ?
S'il n'est plus possible depuis le 10 octobre 2011 de bénéficier de l'allocation spéciale du Fonds national de l'emploi appelée pré-retraite licenciement, ou FNE, certains dispositifs existent encore pour partir en retraite avant l'âge. Les salariés de 55 ans ou plus ayant des difficultés d'adaptation aux nouvelles technologies ou qui ont effectué des travaux pénibles (comme le travail à la chaîne pendant au moins quinze ans...) durant leur vie professionnelle ont la possibilité de cesser leur activité avant 60 ans. Les salariés ayant été exposés à l'amiante peuvent également partir à la retraite avant 60 ans, sous certaines conditions et s'ils cessent toute activité professionnelle. Une allocation est alors versée pour tous les anciens salariés des entreprises de matériaux contenant de l'amiante. Une liste des établissements concernés a été fixée par arrêté ministériel.

Qui finance les préretraites ?
L'État complète le financement des entreprises et verse pour les retraités de travaux pénibles une allocation de cessation d'activité des travailleurs salariés, ou CATS, qui représente 65% du salaire de référence. Cette allocation est versée jusqu'à l'ouverture du droit pour la retraite à taux plein. 
Pour les anciens travailleurs exposés à l'amiante, l'allocation ATA, ou ACAATA, est également versée jusqu'à l'ouverture de la retraite à taux plein. Elle est financée par le Fonds de cessation anticipée d'activité pour les travailleurs de l'amiante, qui est alimentée par une contribution des entreprises mais aussi par la contribution de l'État ainsi que par un versement de la branche accident de travail du régime général des salariés.

Quelles sont les démarches à suivre ?
Le salarié souhaitant bénéficier d'un départ en préretraite doit formuler une demande d'allocation en remplissant le formulaire correspondant à sa situation, accompagné de pièces justificatives, et renvoyer le tout à la caisse régionale d'assurance maladie de son lieu de résidence. Le formulaire est à télécharger sur le site http://www.service-public.fr/formulaires/.

Portfolio Oral & Écrit No. 1

PORTFOLIO ORAL No 1

Préparez un débat sur le thème du bénévolat, avec une prise de rôle fictif par chacun des intervenants.

Employez des expressions favorables et défavorables.

PORTFOLIO ÉCRIT No 1

Choisissez un article de presse en français. Rédigez une lettre au courrier des lecteurs. Apportez l’article choisi en classe.

Réagissez de manière favorable ou défavorable.